| Amiga Impact

  · Accueil
  · Actualités
   · Proposer une info
  · Agenda
   · Proposer une date
  · Articles
  · Forum
  · Petites Annonces
  · Chat IRC
  · À propos du site
   · Confidentialité



 | Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

 Mémoriser

  · Inscription
  · Mot de passe oublié



 | En ligne

Illustration du profil de bigdan




 | Nous suivre

Flux RSSGoogle+TwitterFacebook





Articles


   Histoire : 1982, sous-marin en plongée.
 Mis en ligne le 16 octobre 2005 |

L’histoire s’amplifia encore quand, en 1982, Jay Miner reçut un coup de téléphone de Larry Kaplan – un ancien collègue qui quittera également Atari pour créer Activision. Tout comme Miner, Kaplan était frustré par l’état du marché et il s’était mis à la recherche d’investisseurs afin de démarrer une compagnie de jeux. Par chance, Jay connaissait trois dentistes qui désiraient investir 7 millions de dollars dans ce nouveau secteur qu’était le jeu vidéo. Ceci amena à la création de Hi-Toro, basé à Santa Clara (USA).

Pendant ce temps, Dave Morse était recruté en tant qu’Administrateur en chef. Il quittait son poste de Président du marketing chez Tonka Toys pour prendre ce poste.

Cependant, les retards continus, associés à la gestion d’autres affaires, commençaient à exaspérer Larry Kaplan. Il devenait de plus en plus impatient et la mise en place très lente de la société ne l’aidait pas. Il abandonna finalement son siège de vice-président. Dave Morse offrit donc le poste à Jay Miner, qui travaillait encore pour Zimast à l’époque. Avec Miner à son bord, Hi-Toro commença à se distinguer des autres développeurs. Dans un entretien donné en 1988 à Amiga User International (AUI), Miner précisait que la création du prototype Lorraine était son idée et qu’il l’avait eue peu de temps après avoir rejoint Hi-Toro :

Je voulais depuis des années construire un super ordinateur personnel basé sur le processeur 68000 de Motorola. Atari m’avait jeté, et une véritable chance se présentait à moi, dans la mesure où cela pouvait être vendu dans une version dépouillée à bas prix et pour faire du jeu vidéo. Je savais que Dave Morse et nos soutiens financiers s’en satisferaient. Et dans la mesure où son extension était illimitée, pouvant ainsi devenir un ordinateur familial haut de gamme, j’étais satisfait également.

Pour permettre son développement, Hi-Toro se divisa alors en deux équipes :

  • Le groupe chargé des « Périphériques Atari » était constitué de commerciaux et de techniciens, qui développaient des joysticks Hi-Toro mais aussi des jeux pour l’Atari 2600. C’est ainsi qu’on découvrit le « Powerstick » ou bien encore le « Joyboard », des controlleurs qui prouvent à eux seuls l’esprit pionner que pouvaient avoir les développeurs de jeux dans les années 80. Ils firent aussi un petit nombre de jeux simplistes.
  • Le deuxième groupe était l’équipe de développement consacré aux ordinateurs, qui allait travailler sur le projet « Lorraine », prénom de la femme de Dave Morse. Bien que restreinte, cette équipe avait de nobles et grandes intentions. Ils voulait créer avec ce prototype une machine de jeux monstrueuse, équipée d’un lecteur 3″1/2 et d’un clavier. Il était prévu que les développeurs tiers, comme Activision ou Imagic, seraient les concepteurs principaux des jeux. C’est pour cela que Hi-Toro fit en sorte que le développement des jeux soit le plus facile possible. Ceci représentait alors un changement radical dans ce domaine. Atari, comme Sony ou Nintendo aujourd’hui, avait plutôt un système fermé avec lequel les développeurs devaient se battre. Hi-Toro allait créer une machine qui rejetterait ce principe au loin en ouvrant grandes les portes à des centaines de développeurs potentiels.

Dans une interview accordée à AUI, Jay Miner décrivait de quelle manière il avait découvert le simulateur de vol militaire développé par Singer-Link. Impressionné par ce qu’il venait de voir, il avait commencé à réfléchir à la possibilité d’utiliser des blitters pour améliorer les capacités graphiques du Lorraine. Ils furent finalement ajoutés dans le HAM (Hold And Modified) durant l’année 1985 et permettaient alors d’afficher 4096 couleurs à l’écran en changeant le registre des couleurs. Toutefois, des rapports préliminaires suggéraient d’enlever cette capacité, à cause de la lenteur de la méthode. Mais quand le concepteur de la carte-mère annonça à Miner que cela laisserait un trou au milieu de ladite carte, il accepta de laisser la puce sur la version finale. Une sage décision qui distinguera l’Amiga des Ataris quelques années plus tard.

Un dernier événement significatif eut lieu pendant cette année 1982, ce fut le changement de nom de la société. Dans une tentative de se distinguer de la société japonaise de tondeuse à gazon « Toro », Hi-Toro devenait « Amiga Incorporated ». La raison de ce choix est devenue légendaire : Miner désirait un nom « amical » qui dissiperait la confusion généralement constatée autour des ordinateurs. Le mot espagnol pour « petite amie » correspondait parfaitement = AMIGA. Le fait qu’il arrivait avant Apple et Atari dans les listings joua également en sa faveur. Bien que Miner ne fut pas immédiatement enchanté par ce nom, il réalisa vite l’impact qu’il allait pouvoir avoir.

Traduction d’AmigaHistory.co.uk par BatteMan



Nota : Les opinions exprimées dans les articles et chroniques publiés n'engagent que leurs auteurs, et ne sont pas forcément partagées par Amiga Impact.




Les commentaires appartiennent à leurs auteurs.
Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.




Haut de page 

Copyright © 2004-2019 Amiga Impact. Tous droits réservés. Les marques citées sont déposées par leurs propriétaires respectifs.
Conditions d'Utilisation, Politique de Confidentialité et Information sur les cookies.


Fil RSS WordPressNicolas Gressard, Conseil et développement informatique

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!