| Amiga Impact

  · Accueil
  · Actualités
   · Proposer une info
  · Agenda
   · Proposer une date
  · Articles
  · Forum
  · Petites Annonces
  · Chat IRC
  · À propos du site
   · Confidentialité



 | Connexion

Identifiant :

Mot de passe :

 Mémoriser

  · Inscription
  · Mot de passe oublié



 | En ligne

Aucun membre ne se trouve actuellement sur le site






 | Nous suivre

Flux RSSGoogle+TwitterFacebook





Articles


   Histoire : 1996, stagnation.
 Mis en ligne le 21 janvier 2006 |

Il s’agissait encore d’une année agitée puisqu’Amiga Technologies annonça la fermeture des bureaux de Maidenhead et le déplacement de ceux-ci dans le département d’Escom UK. Jonathan Anderson quitta la société quelques mois après l’attaque du magazine Amiga Power qui l’avait accusé de vouloir tuer l’Amiga.

Quant aux utilisateurs en général, ils se sentaient abandonnés. Anderson fut rapidement remplacé par un enthousiaste de longue date, Petro Tyschtschenko. Les sceptiques pensèrent qu’il s’agissait là des derniers intérêts d’Escom dans l’Amiga. Mais Escom prouva que tout le monde se trompait avec le surprenant Mind Walker (nom donné au premier jeu informatique publié par Commodore) et avec l’annonce du Power Amiga.

Le Walker était un Amiga classique avec un design d’aspirateur. Il apportait également des slots d’extension Zorro et le peu onéreux PCI. Il y eut aussi des annonces faites par des compagnies comme PIOS (connu aussi sous le nom MetaBox) et Phase 5 qui annoncèrent que de nouveaux systèmes compatibles Amiga comme le TransAM et l’A/Box étaient en développement. Toutefois, ces machines ne seraient pas disponible avant deux ou trois ans, pour les estimations les plus optmimistes.

Le concurrent direct de Commodore sur le marché de l’informatique à domicile, Atari, était racheté par JTS Corp, un constructeur de disques durs.

Escom, sentant sa fin proche, essaya d’augmenter son capital en négociant le rachat d’Amiga par VISCorp. Ces derniers annoncèrent alors qu’ils arrêteraient le développement du Walker afin de continuer avec leur set-top box Internet à base d’Amiga. Les autres compagnies voulant développer de la technologie Amiga devraient acheter une licence pour l’OS.

Cependant, au fur et à mesure de l’année, des rumeurs sur le fait que VISCorp n’arrivait pas à payer ses propres employés jettèrent de nouveaux le doute sur le rachat de la marque. En Octobre, ils sortaient discrètement du rang des possibles acheteurs.

En Décembre, une surprise secoua le petit monde Amiga puisque Quikpak communiqua son intention d’acheter l’Amiga.

Tous ces événements n'empêchaient pas l’Amiga de continuer à sombrer.

Traduction d’AmigaHistory.co.uk par BatteMan



Nota : Les opinions exprimées dans les articles et chroniques publiés n'engagent que leurs auteurs, et ne sont pas forcément partagées par Amiga Impact.




Les commentaires appartiennent à leurs auteurs.
Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.


Laisser une réponse

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.




Haut de page 

Copyright © 2004-2019 Amiga Impact. Tous droits réservés. Les marques citées sont déposées par leurs propriétaires respectifs.
Conditions d'Utilisation, Politique de Confidentialité et Information sur les cookies.


Fil RSS WordPressNicolas Gressard, Conseil et développement informatique

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!