Hyperion rejette en bloc les accusations d’AInc.

Dans un nouveau document, disponible au format PDF sur le site hébergeant tous les fichiers relatifs à cette affaire, Hyperion réfute une à une les accusations portées par AInc. et se demande même si Amiga Inc. Delaware (AID) aurait bien acquis les droits et le contrat passé entre Hyperion et Amiga Inc. Washington (AIW), puisqu’aucun papier n’atteste ce transfert. Ils expliquent également n’avoir enfreint aucune clause dudit contrat.

On trouve également dans une deuxième partie, tous les points de la défense d’Hyperion. Même si AID était reconnu comme détentrice des droits d’AIW, le paiement ne s’est pas effectué dans les temps et aucun développement n’a été entrepris par AID. De plus, ils pointent du doigt le fait qu’AIW semblait bel et bien insolvable au moment de son rachat par Itec.

De plus, si AID détient bel et bien les droits, ils n’auraient pas respecté le contrat (notamment en ne fournissant pas le code source d’AmigaOS).

Dans la dernière partie, Hyperion réclame le droit d’utiliser la licence « AmigaOS » gratuitement, mondialement et pour une durée illimitée conformément au contrat passé avec AIW, rappelant qu’AID n’existait pas au moment de la conclusion de ce contrat.

Hyperion affirme ne pas avoir été au courant de l’insolvabilité d’AIW à l’époque, précisant que la continuité des personnes au coeur des différentes compagnies (à savoir Bill McEwen, Fleecy Moss et Pentti Kouri) laisse à penser que ceux-ci étaient au courant de l’insolvabilité d’AIW au moment du rachat par Itec et auraient caché ce fait aux créanciers. Hyperion se place ici en tant que créancier, à cause du non respect du contrat et des frais occassionnés par ce non respect.

Hyperion met également en doute la date du transfert des droits d’AIW à KMOS, se demandant si celui-ci a bien eu lieu le 30 Avril 2004.

Pour conclure, voici les arguments et autres demandes d’Hyperion :

  • Les droits de développement et d’utilisation doivent revenir à Hyperion,
  • Le transfert des droits d’AIW à KMOS/AID ne peut être justifié et Hyperion se place donc en créancier d’AIW,
  • AID doit être interdit d’utiliser les marques déposées,
  • Les droits d’AmigaOS doivent revenir à Hyperion.

Télécharger : 39HyperionAnswerShow_Case_Doc.pdf (PDF) [98 ko]

(8 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

    • BatteMan on 16 juin 2007 at 17 h 54 min
      Author

    Encore une fois, si vous remarquez des incohérences avec le texte original, n’hésitez pas à le préciser, que j’apporte les corrections nécessaires à ce petit résumé fait rapidement.

    • henes on 16 juin 2007 at 18 h 40 min

    A se demander ce qui se passerait si quelqu’un envoyait au juge les liens vers les posts ANN où Hermans affirme le contraire de tout cela 😉

    • Get27 on 16 juin 2007 at 19 h 17 min

    Wouahaiiiiii…
    vivement le prochaine épisode 😀

    • JaY on 16 juin 2007 at 19 h 41 min

    … 😳

    • on 16 juin 2007 at 20 h 32 min

    Zut, et moi qui n’ai plus de popcorn en stock, et c’est samedi soir…

    • CLS2086 on 17 juin 2007 at 1 h 10 min

    ça devient dingue tout ça…
    M’enfin bon, les paris sont ouverts 😆

  1. C’est Merlancia qui héberge les documents Pdf sur son site.
    lol

  2. @ batteman
    Ah mais non on te fait confiance, hein ! Qu’est-ce que tu crois ;-).

    En tout cas merci d’avoir fait tout ces résumés en français… J’ai dû lire en entier les premiers PDF, mais là j’avoue…

Les commentaires sont désactivés.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!