[ARTICLE] NetFS et Synergy sont sur un ordi !

NetFS et Synergy sont sur un ordi
Synergy tombe à l’eau…

 

J’ai mis de nombreux mois avant d’écrire cet article pourtant demandé à corps et à cris par le rédac’-chef d’Amiga=Power, notre K-L préféré… Je n’ai aucune explication à cela, surtout que l’utilisation combinée de ces deux logiciels, NetFS Revised développé par Philippe « Offset » Rimauro (disponible sur Aminet) et Synergy développé par Jacek « Jacadcaps » Piszczek dans sa version MorphOS (disponible sur l’ISO de MorphOS), a quelque peu chamboulé ma vie en MorphOS, rien que ça. En effet, en utilisant ces deux logiciels, j’ai repensé mon espace de travail sur mon bureau (le vrai, en bois) et j’ai installé de manière définitive le Powerbook à côté de mon Mac Mini, faisant ainsi comme du double écran, mais pas tout à fait !

Rapides descriptions

Après vous avoir fait quelque peu saliver, en tout cas je l’espère, il faut désormais que je vous en dise un peu plus sur ces deux logiciels qui ont révolutionné mon bureau.

Synergy :
C’est un protocole de partage de clavier/souris basé sur un serveur et un client. Synergy existe pour de nombreuses machines, mais le client MorphOS n’est apparu que sur l’ISO de MorphOS 3.6 en juillet 2014. Et il faudra attendre mai 2015 et MorphOS 3.8 pour voir le serveur arrivé sur l’ISO du système au papillon bleu. Le serveur s’installe sur la machine qui possède le clavier et la souris, le client sur le ou les autres ordinateurs que vous souhaiter contrôler avec ce même combo clavier/souris. GÀ noter que les deux machines doivent être sur le même réseau local pour que Synergy fonctionne.
Une fois installé et lancé des deux côtés, quand la souris arrive par exemple au bord droit de l’écran de la machine principale, votre souris/clavier deviennent alors ceux de votre seconde machine. Pour pouvoir utiliser à nouveau votre clavier/souris sur votre machine principale, il convient alors de déplacer la souris sur le bord de l’écran gauche de la seconde machine, comme si vous faisiez du double-écran en somme.
Petit plus non négligeable, Synergy permet également de partager le presse-papier (le clipboard) d’une machine à l’autre.

NetFS Revised :
C’est un système de fichiers en réseau pour Amiga et MorphOS uniquement, ce qui signifie que vous ne pourrez l’utiliser que pour partager des partitions/dossiers, et donc des fichiers, entre deux ordinateurs Amiga et/ou MorphOS se trouvant sur le réseau (privé ou non). Attention, impossible d’utiliser NetFS pour monter des partitions d’une machine Windows/MacOS/Linux, only Amiga (makes it possible). Il propose pour ce faire une connexion qui peut être protégée (par mot de passe ou par chiffrement des données échangées). Une nouveauté importante a fait son apparition la version 2.0 et avait été d’ailleurs présentée par « Offset » lui-même lors de la MicroAlchimie 2018 : la commande NetPort qui permet de monter les ports AREXX de la machine distante et de les utiliser comme s’ils étaient sur la machine locale. Cela permet ainsi de piloter des applications se trouvant sur la machine distante via leur interface AREXX ! Je vous avoue toutefois que je n’ai pas encore testé cette possibilité mais celle-ci est tellement prometteuse qu’elle fera sans doute l’objet d’un futur article, à n’en pas douter.

Installations et configurations

Synergy :
C’est le logiciel à installer en premier, car une fois installé et configuré sur les deux machines, nous pourrons configurer NetFS tranquille-mimile ! C’est assez aisé, encore faut-il savoir quoi faire et comment. Tout d’abord, il faut bien comprendre que le serveur est forcément lancé sur la machine où le clavier et la souris sont branchés. On lance donc le serveur, on choisit où l’écran de ladite machine se trouve par rapport à la machine qui aura le client (ou aux machines qui auront le client installé, si vous en avez plusieurs). Pour ma part, mon Powerbook est placé à droite de mon Mac Mini, donc j’ai placé mon serveur sur la première ligne en laissant une place à droite, et j’ai inscrit « BatteBook » pour l’ordinateur se trouvant juste à sa droite et c’est tout.
Côté client, il faut inscrire l’adresse IP du serveur (si vous vous y connaissez un peu en réseau, vous trouverez facilement sinon vous pouvez taper « ifconfig » dans un Shell sur votre machine faisant serveur, cela sera alors l’inet du device eth0: ou du wl0: ou autre, qui commence généralement par 192.168, sinon vous pouvez aussi regarder la méthode pour passer en IP fixe décrite dans l’installation de NetFS). Le port reste 24800. Il convient enfin de renseigner le nom de votre client, le même que celui mis pour l’ordinateur à côté de votre serveur précédemment (ici « BatteBook »). Et voilà, c’est fini !
Vous pouvez également aller voir dans les réglages du client, notamment si vous voulez qu’il se connecte automatiquement au lancement, ou si vous constatez quelques dysfonctionnements avec les touches de commandes ou avec la touche « <> ».

NetFS Revised :
Passons maintenant à NetFS, qui lui demande un petit peu plus d’attention. Mais bon, on n’est pas dépourvu d’informations puisqu’Offset a écrit une documentation très complète et très détaillée qui se suffit à elle même et qui est disponible dans l’archive du logiciel. Toutefois, si vous voulez du plus concret, sachez que Beworld a quant à lui fait un tutoriel qui est disponible au format PDF sur le site MorphOS-Storage ou en lecture directe sur Obligement.
Pour la suite de cet article, je ne vais détailler que la procédure sous MorphOS, celle que j’ai effectivement faite. Pour AmigaOS 3.x ou 4.x, cela sera équivalent mais les fichiers à modifier peuvent être différents. Je vous invite à vous référer à la documentation de NetFS Revised qui détaille tout cela précisément. Vous y trouverez les informations nécessaires à la configuration de MiamiDX, d’AmiTCP ou de Roadshow, dans sa version 68k ou OS4.

La première chose à faire est de mettre une adresse IP fixe sur vos machines (cela vous sera aussi utile pour Synergy car le client sera ainsi configuré correctement une bonne fois pour toute). Pour cela, allez dans les Préférences « Réseau » de MorphOS et regardez si votre eth0 est en « Adresse IP Statique » ou « Adresse IP dynamique (DHCP) ». Si c’est le premier qui est choisi, vous êtes en IP fixe, notez l’adresse IP de l’ordinateur pour plus tard, vous avez fini. Si c’est l’autre, alors faites un « ifconfig », récupérez l’inet de eth0 et cochez alors « Adresse IP » pour pouvoir reporter ici l’inet. Voilà, vous êtes en IP fixe.

Il convient, pour vous simplifier grandement la vie de créer des noms d’hôte pour vos machines. Le plus simple est de le faire sur toutes vos machines à l’identique, comme ça, pas d’erreur possible. Ainsi, dans la préférence « Noms d’hôte » de MorphOS des deux machines (ou plus si affinités), vous allez ajouter les lignes correspondantes à vos ordinateurs (ici 192.168.0.49 pour le BatteBook et 192.168.0.48 pour le BatteMini). Vous pouvez tester le tout en tapant dans un Shell « ping NomOrdi » (ou NomOrdi est le nom d’hôte que vous avez donné à un de vos ordinateurs, évidemment), la commande devant alors vous retourner un « PING NomOrdi (Son.Adresse.IP.Fixe) ».

Copiez désormais l’ensemble des tiroirs C et L de « SYS.MorphOS » disponible dans l’archive de NetFS sur votre système MorphOS, respectivement dans Sys:C et Sys:L (sur un système AmigaOS 3.x ou 4.x, c’est la même chose mais en prenant les éléments de SYS.AmigaOS).

Vous devez désormais ajouter des services réseau sur l’ensemble de vos machines, à savoir :
amiganetfs 2500/tcp
amiganetfs 2500/udp
amiganetfs 2501/udp

Sous MorphOS, ces trois lignes sont à ajouter dans ENVARC:sys/net/services.

Ensuite, il faut ajouter deux lignes dans ENVARC:sys/net/inetd.conf sur chacune de vos machines :
amiganetfs stream tcp nowait root C:InetD/netfs-server
amiganetfs dgram udp wait root C:InetD/netfs-server

Il convient ensuite de configurer le serveur. Comme je partage les partitions d’un ordinateur sur l’autre et vice-versa, j’ai de ce fait configuré deux serveurs. Mais pour ce tutoriel, contentons nous d’un seul serveur.
Une fois compris la technique, vous pourrez aisément faire de même de l’autre côté. Pour pouvoir monter les partitions Work et MorphOS sur l’ordinateur client, il convient d’ajouter dans le fichier ENVARC:netfs-server.config du serveur la ligne suivante :
DEVICES Work: MorphOS:

Notez que, comme je n’utilise NetFS qu’en local, je n’ai pas poussé la configuration du serveur et je ne l’ai pas sécurisé (ce qui est sans doute un tort mais bon…). Si vous le souhaitez, là encore la documentation est très bien faite et vous pourrez sécuriser le tout à votre guise.

Comme toutes les modifications n’ont été faites que dans ENVARC:, on redémarre et il ne nous reste plus qu’à configurer le client !

Une fois la machine faisant office de serveur redémarrée, dans un Shell du client, vous n’avez plus qu’à taper :
netmount NomOrdi Work: WorkMini:
Ici, NomOrdi est le nom d’hôte du serveur que vous avez défini précédemment, Work: le nom de la partition sur le serveur que vous voulez monter (et qui est bien partagée dans le fichier de configuration de votre serveur). Quant à WorkMini:, c’est le nom que vous souhaitez donner à cette partition une fois montée sur votre client.

Et si vous voulez « démonter » vos lecteurs, il vous suffit de taper dans un Shell :
unmount WorkMini:

Utilisations et conclusion

Synergy :
Attention, Synergy a tendance à planter quand on copie trop de texte dans le presse-papier. Ne copiez pas plusieurs kilo octets de texte d’un coup, ça ne fonctionnera pas ! Mais partager une URL entre deux machines ne pose par contre aucun souci et c’est même bien pratique.
Comme indiqué dans la partie installation, vous pouvez cocher la case SSL côté client si vous souhaitez sécuriser la connexion entre vos deux machines. Toutefois, si j’active le SSL chez moi, la connexion client/serveur ne s’effectue pas…
Et enfin, je ne lance le serveur que si j’en ai besoin (je l’ai mis pour cela en raccourci dans ma barre Polynet !). Par contre le client est lancé à chaque démarrage du Powerbook. Pour cela, je l’ai simplement placé dans WBStartup et j’ai activé le réglage de connexion automatique.

Synergy est vite devenu un outil indispensable à mon univers d’utilisateur MorphOS bi-machines, surtout une fois utilisé en parallèle de NetFS ! Fort pratique, je ne sais pas comment je pourrais désormais m’en passer.

NetFS Revised :
Aucun désagrément, aucun plantage, un vrai bonheur à l’utilisation ! Il m’a permis de faire des copies d’une machine à une autre sans souci (j’ai ainsi cloné le système de mon Powerbook sur le Mac Mini en toute simplicité, même si cela demande quand même quelques « modifications », notamment pour que l’USB ou d’autres subtilités soient fonctionnels, à ne pas faire « à la va comme je te pousse » si vous n’êtes pas sûr de votre coup).
Sinon, pour me simplifier la vie, j’ai fait deux scripts que j’ai mis sur chaque machine : un pour monter toutes les partitions de l’ordinateur distant en un clic et un autre pour toutes les démonter d’un clic.

NetFS Revised est lui aussi devenu un véritable pilier sur mes machines et m’a été très utile et continue de l’être ! Bien sûr, il ne peut pas remplacer Samba/SMBFS puisqu’il ne fonctionne qu’avec des machines ayant un système Amiga ou MorphOS. Par contre, il peut remplacer le non moins excellent Envoy, que j’utilisais dans ma prime jeunesse pour relier mon 1200 avec celui de slobman et WickedVinz.

Je tenais par conséquent à adresser un énorme merci à Offset pour ce NetFS qui est désormais un véritable outil indispensable à ma vie en MorphOS ! MERCI !

BatteMan

Article paru dans Amiga=Power n°60 et écrit le 8 février 2019

 

Si vous souhaitez commenter cet article, merci de vous rendre sur la page dédiée.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!