L’Amiga mini ANNONCé

13 sujets de 31 à 43 (sur un total de 43)

  • GothDevil

    • Messages : 797
    #352991

    Comment ? On a de très bon jeux sur amiga, certains encore dangereusement addictifs 🙂

    Sans oublier les productions récentes car voilà quelques années que des nouveaux très bons jeux sortent sur Amiga.

    Mod

    amigaouf

    • Messages : 1730
    #353066

    Quand je parlais de matos de merde je pensais a la partie électronique pas au boitier ou les touches
    A coup sur se serais la même cm que le c64mini
    Le arm est suffisant pour de l amiga de base.
    Il serais faux d apres moi de s attendre avoir une machine étendu et surtout de comparer avec un mist / mister et autre fpga c est pas la même idée et le même publique.
    La nes existait depuis longtemps en fpga et pourtant ca c est vendu comme de petit pain
    La ps1 mini n existe pas en fpga et pourtant elle c est pas vendue.
    Et il faut pas oublier que ni un rpi ni un mist/er ne sont un produit complet labeliser Amiga avec un boitier digne de ne nom.
    A part un rpi on est pas du tout dans les meme prix
    Tu as le choix entre un truc tout a bidouiller qui ressemble a rien qui coute au final 300-400 euro
    Ou un truc qui ressemble a un amiga tout pret pour 120euro… c est clairement plus facile de faire le pas autant budjet que simpliciter

    Giants

    • Messages : 3407
    #353072

    Tiens question du coup.
    Il existe des sociétés sur le net qui propose de refaire des moules.
    Quelqu’un à déjà penser à envoyer çà coque d’A500 ou de A1200 pour avoir un devis ?
    ça se trouve ça serait moins chère que ceux qui sont proposé sur le net !
    Je ne parle pas du moule hein, mais de la copie qu’il feront (donc la création d’un moule de leur coté)
    Sinon je ne vois pas trop ce que je ferais d’un moule à la maison O_o’

    Région : Yvelines
    Site : http://sasfepu78.ddns.net/
    H/W : Bartop, borne d'arcade, Amiga500 x 3, Atari STF, Amstrad, etc, etc
    http://www.retrotaku.com/parution-retro-gaming/interview-de-giants-fondateur-du-site-abandonpub-com/

    GothDevil

    • Messages : 797
    #353130

    Il y a aussi ceci qui vient prendre place dans une coque A500 (ou checkmate)

    Giants

    • Messages : 3407
    #353134

    Si j’ai bien compris c’est un PCB qui vient en lieu et place d’une carte mere Amiga dans un boitier amiga.
    Cette carte contient des sorties ‘actuel’ (genre usb et sub-d 15, etc)
    Les specs sont sur le lien, en gros un amiga gonflé.

    et le FPGA est contenu dans le prix affiché !
    C’est ça ?

    Si c’est le cas, c’est pas chère du tout.
    Par contre, si il n’y a pas de fpga… la… bof quoi (pour le prix j’entends)

    Et si donc fpga il y a d’inclus dans l’offre (ce qui semble le cas), c’est basé sur quel code ? quel travail ?
    (j’ai eu la flemme de lire 😉 )

    Région : Yvelines
    Site : http://sasfepu78.ddns.net/
    H/W : Bartop, borne d'arcade, Amiga500 x 3, Atari STF, Amstrad, etc, etc
    http://www.retrotaku.com/parution-retro-gaming/interview-de-giants-fondateur-du-site-abandonpub-com/

    Sodapop

    • Messages : 952
    #353135

    Attachments:

    A500 (1.3 / 2.0 / ACA500+) - A2000 - A1200

    Giants

    • Messages : 3407
    #353137

    Merci, je sais lire 🙂
    J’attends une réponse de Goth. qui j’imagine connait le produit et pourra répondre plus en détail autre que me faire un copier coller 😉

    Région : Yvelines
    Site : http://sasfepu78.ddns.net/
    H/W : Bartop, borne d'arcade, Amiga500 x 3, Atari STF, Amstrad, etc, etc
    http://www.retrotaku.com/parution-retro-gaming/interview-de-giants-fondateur-du-site-abandonpub-com/

    GothDevil

    • Messages : 797
    #353141

    @Giants,
    En fait le FGPA UnAmiga n’est pas bien neuf. Il existait déjà en 2018. Ce n’était ni plus ni moins un Mist low cost (une 100aine d’€) puis est venu le SIDI qui a un peu effacé le UnAmiga.
    En terme de cores c’était déjà sont ceux du Mist ce qui est plus que certainement le cas ici aussi.
    Le gros avantage avec ce nouveau UnAmiga est qu’il s’intègre dans un A500 de base, Que l’on peut utiliser le clavier du 500 (même les leds sont contrôlées) qu’il y a bien les 2*DB9 pour joy et souris. Et le prix qui en somme est tout à fait correct.
    J’aime bien le fait qu’ils le vendent comme un A500 où l’on sait que le core est très abouti pour ce modèle. Ils parlent du 68020-AGA (et d’autres cores) mais de base c’est vendu comme un A500 de remplacement c’est honnête.
    En terme de perf, soit tu as un A500 de base (OCS/ECS) soit effectivement tu peux comme sur ton Mister ajouter de la mémoire SLOW et/ou FAST, où changer le processeur simulé en 68020 avec ou sans AGA.
    Ah oui un truc sympa c’est la sortie audio via 2*RCA

    Sethghost

    • Messages : 280
    #353144

    Un bon article sur les « conflits de brevets » dans le petit monde amiga.
    C’est plus un cours de gestion et d’histoire de l’amiga mais suffisamment (pile dans) dans le sujet pour figurer ici.

    Giants

    • Messages : 3407
    #353146

    GothDevil : Impec, merci, c’est pile poil les infos que j’attendais.
    Donc effectivement, c’est un bon prix et une bonne option.

    Région : Yvelines
    Site : http://sasfepu78.ddns.net/
    H/W : Bartop, borne d'arcade, Amiga500 x 3, Atari STF, Amstrad, etc, etc
    http://www.retrotaku.com/parution-retro-gaming/interview-de-giants-fondateur-du-site-abandonpub-com/

    Sethghost

    • Messages : 280
    #353148

    La traduction en français du texte précédent : (la balise spoiler bbcode ne fonctionne plus ?)

    Hyperion vs Cloanto, le procès le plus ancien de l’histoire de l’informatique?
    15 février 2019

    Les développeurs Delphi et C ++ ne s’intéresseront probablement pas beaucoup à cela, mais en ce qui concerne l’actualité informatique générale, celle-ci suscite un intérêt de loin en loin en raison de la pure absurdité impliquée. Pour être honnête, je pense également que l’affaire elle-même sert d’avertissement aux entreprises et aux développeurs en général, car c’est vraiment le meilleur exemple de la façon dont les choses peuvent mal tourner si vous ne gérez pas correctement vos brevets et vos droits.

    Alors que j’adore les festivités du 24e anniversaire de Delphi, je trouve les poursuites en cours si incroyables que je dois écrire quelques mots.

    Pour rendre le cas même à distance compréhensible pour les personnes qui n’en ont jamais lu auparavant, j’ai omis une tonne de détails. Tout le scandale Amiga Inc (qui, je crois, a ordonné la production d’OS4 pour commencer?), Eyetech, H&P, la perte du code source d’Amiga OS 3.9. L’essentiel de l’article ici n’est pas de creuser dans les détails (également connus sous le nom de «terrier du lapin» dans la communauté), mais de faire un bref récit des faits saillants qui ont conduit à la situation actuelle – et de souligner que les gens qui prendre soin du système, la communauté Amiga en a plus que marre de cela. J’espère que toutes les parties s’uniront et trouveront un moyen de coexister. Pour ceux qui veulent fouiller dans les détails sanglants couvrant trois décennies, il y a toujours le projet de documentation Amiga.

    Un certain contexte

    En bref, au début des années 90, Commodore, une entreprise qui pendant près de deux décennies s’est classée comme un géant de l’informatique, s’est effondrée. Des années de mauvaise gestion, un leadership médiocre, sinon carrément honteux, avaient fait des ravages sur ce géant autrefois féroce; Et comme le dit le proverbe: plus ils sont gros, plus ils tombent. Et le garçon a fait tomber le Commodore.
    joueurs

    Commodore classé aux côtés des plus grands noms de l’industrie

    Ce que les gens oublient souvent, c’est que les entreprises technologiques ont deux types de devises. Le premier est ce que les consommateurs considèrent comme précieux; des choses comme les produits qu’ils fabriquent, le montant d’argent en banque, l’état de leurs stocks, de bons partenaires et détaillants – autant de points importants pour gérer une entreprise.

    Cependant, les principaux acteurs ne se soucient pas moins de ces facteurs, à moins qu’ils ne s’alignent sur leurs propres besoins. Donc, du point de vue d’une entreprise de PC, se débarrasser de l’Amiga et dépecer Commodore pour obtenir des brevets était une victoire spectaculaire. Parce que, et ici nous entrons dans les parties désagréables: pour un concurrent déjà établi, une entreprise technologique morte n’a qu’un seul atout et un seul actif: son portefeuille de brevets.

    Donc, tous ces achats et ventes que nous avons vus dans les années 90, avec Amiga changeant de mains à gauche et à droite, n’avaient rien à voir avec la sauvegarde de l’Amiga. L’héritage du Commodore a été réduit à un morceau de viande et jeté aux loups, chacun déchirant ses brevets à gauche et à droite. Ainsi, bien que graphique, le morceau de viande dans cette analogie détenait une valeur estimée à un milliard de dollars.

    Les brevets sont précieux car ils représentent des revenus répétés et un niveau de sécurité financière non linéaire en monnaie ordinaire. Les grandes entreprises utilisent des portefeuilles de brevets en combinaison avec leur assurance. IBM en est plus ou moins l’exemple par excellence. Ils restent l’une des entreprises les plus riches du monde, mais passent leur temps à bricoler des super-ordinateurs et des expériences scientifiques. «Big Blue» n’a pas «fonctionné» dans le vrai sens du terme depuis qu’ils ont commencé à octroyer des licences pour PC en tant que plate-forme. Ils détiennent les brevets pour à peu près tout ce que nous savons aujourd’hui en tant que PC, et n’ont pas besoin de rivaliser. Ils font fortune en restant assis là.

    Grimper dans le terrier du lapin

    Gateway et Escom ont tous deux essayé de se sauver en utilisant les brevets Amiga, mais ils ont échoué

    Lorsque le commodore est tombé, les vautours sont rapidement entrés. Les gens se sont tellement concentrés sur l’ordinateur Amiga et l’aspect de la marque de Commodore, que nous négligeons souvent le fait que la vraie valeur d’un tel géant n’a jamais été le produit final, mais les valeurs intrinsèques de leurs brevets et inventions technologiques.

    Très peu de gens connaissaient l’identité de la partie actuellement en possession du portefeuille de brevets Commodore jusqu’à tout récemment. Cela a fait beaucoup de bruit en ligne lorsque j’ai publié le nom du propriétaire l’année dernière (à la fois sur ce blog et sur Amiga Disrupt sur Facebook).

    Juste pour souligner: ces informations n’ont jamais été secrètes ou quoi que ce soit de ce genre. C’est juste un type d’information que les gens ordinaires ne sauraient pas où trouver (moi y compris). Il faut savoir où chercher et quoi chercher. Et même si j’ai une certaine expérience des affaires de droit d’auteur et de la propriété intellectuelle, je ne l’aurais jamais trouvé sans cœur à cœur avec Trevor Dickinson. Le principal actionnaire d’Aeon, qui produit le système Amiga de nouvelle génération (x5000 et le prochain A1222). Il m’a gentiment aidé à traverser l’avalanche d’anciens documents judiciaires et m’a indiqué une série d’articles dans AF Magazine dont je n’avais même aucune idée de l’existence.

    Je dois également souligner que je n’ai aucune amitié particulière avec Trevor. Je lui ai parlé à diverses occasions et nous partageons une passion pour le système Amiga. Il a toujours été très gentil, mais je ne le connais pas personnellement. Rien de ce que j’écris ici n’est fait en sa faveur ou par loyauté. Je trouve simplement que les plans et produits d’A-EON et d’Hyperion ont le plus de sens en 2019.

    Quand le mystérieux propriétaire de Commodore et Amiga s’est avéré être Acer, ma mâchoire s’est effondrée. Ils avaient été assis sur les brevets pendant toutes ces années sans faire de bruit. Accorder des licences à Aeon et Cloanto respectivement – qui ne sont que cela, des titulaires de licence, pas des propriétaires de propriété intellectuelle (sauf ce qu’ils ont eux-mêmes fait). Du point de vue d’Acer, l’ordinateur Amiga est sans valeur et ils ne donneraient pas une tasse de café pour le nom Amiga ou son héritage. Je suis en fait surpris qu’ils se donnent même la peine d’autoriser les licences en premier lieu. Sauf s’ils en ont hérité dans le cadre d’un package deal. Je ne sais pas et je m’en fiche.

    On ne peut que spéculer sur la façon dont Acer les a mis en place, mais j’imagine qu’ils les ont cassés quand Escom a fait faillite. La part du portefeuille d’origine qui reste intacte est une estimation de chacun. Le code source classique d’Amiga OS a été, comme nous le savons, acquis par Hyperion auprès d’Amiga Inc. il y a des années. C’était la version 3.1. Il est intéressant de noter que la version 3.9 a été aidée par H&P (une société allemande) et a malheureusement été perdue alors qu’elle existait en permanence sur le marché Amiga.

    Workbench et hipsters

    Pour ceux qui n’ont pas lu ou fait le suivi de l’affaire Commodore, les titulaires de licence mentionnés ci-dessus (A-EON, Hyperion, Cloanto), sont à la gorge depuis que les Britanniques ont annexé l’Inde. C’est pourquoi ce cas est également devenu intéressant pour d’autres.

    Personne de moins de 33 ans n’associerait cela à Commodore ou Amiga.

    Pour vous donner quelques exemples des batailles épiques en cours: ils se sont disputés devant le tribunal sur le droit d’utiliser un ballon de bain à damier, vous connaissez ceux que vous pouvez acheter presque n’importe où et qui ressemblent à une nappe française? Oh oui je ne plaisante pas.

    Ils sont allés devant les tribunaux pour l’usage abusif dudit appareil de bain, la fausse représentation du ballon, à qui appartient le ballon, sa flottabilité – et n’oublions pas le mot «Workbench» (le nom du système de bureau utilisé par Amiga). Un mot aujourd’hui uniquement utilisé par les hipsters dans les méth-labs et les aspirants au temps-outil sur YouTube. Les absurdités sont si denses que vous pourriez les mettre en bouteille.

    Si nous regardons les nombreuses luttes depuis que Commodore est passé du point de vue des oiseaux, nous assistons essentiellement au même procès à répétition infinie (avec quelques variations ici et là). Je me suis marié, j’ai eu des enfants et 15 ans plus tard, j’ai divorcé. Et quand je suis rentré, ils y étaient encore! Bon Dieu les gars, quelle perte totale et totale de temps, de ressources et de talent (les procès pas mon mariage. Enfin peut-être les deux), sans parler de contre-productif! Si quoi que ce soit, ces poursuites fréquentes détruisent ce que les deux parties tentent de protéger. Bien que je me demande si l’un d’entre eux le sont vraiment.

    Si je devais retourner à l’école et me réinventer, je deviendrais auteur. Tout ce que j’avais à faire était de prendre l’histoire de Commodore et de la placer dans la Terre du Milieu, de donner aux personnes impliquées des oreilles pointues, des armes brutales et des noms idiots et le tour est joué! Une histoire qui ferait pleurer Tolkien lui-même; car aussi grande que fût son imagination, il n’aurait jamais pu concocter une telle histoire. Même Keith Richards, si nous le lâchions dans une pharmacie sur «prenez tous les médicaments que vous pouvez emporter le jour» – pourrait créer une chronologie aussi insensée que les conséquences du Commodore.

    Poursuites 1-0-1: Que bono?

    Pour vous tenir au courant des événements actuels, passons d’abord par les bases.

    Il peut être difficile de faire la distinction entre Hyperion et Aeon, commençons donc par quelques mots à ce sujet. Hyperion est finalement une société de logiciels. Ils ont commencé (si je me souviens bien) en tant que société de logiciels portant des jeux PC sur la plate-forme Amiga.

    J’ai précédemment écrit que Trevor était le principal actionnaire des deux sociétés, c’était en fait une erreur, il occupe un très petit rôle dans Hyperion. Mais qui possède ce qui est ici est finalement inutile. La relation entre Hyperion et A-EON est que Hyperion représente la branche logicielle et A-EON est la branche matérielle. Et ensemble, ils forment les propriétaires et les producteurs de ce que l’on appelle communément les machines Amiga de «nouvelle génération».

    A-EON et Hyperion détiennent les droits de développement d’Amiga OS, couvrant à la fois la version classique 68k et les modèles NG basés sur PPC. Cloanto n’a que des droits de vente, qui sont limités aux anciens fichiers du noyau ROM 68k et à l’atelier. C’est finalement ce qui sépare ces deux groupes. Ainsi, même si 3 entreprises sont impliquées, il est plus facile de les considérer comme deux entités distinctes.

    Et oui, nous pourrions affirmer que OS4 a été initié par Amiga Inc. plus tôt, mais j’essaie de garder cela lisible pour les personnes qui n’ont jamais rien lu sur cette bêtise auparavant, alors je saute tout cela.
    image2

    Amiga OS est aimé par beaucoup, mais pour être franc, il a atteint le point où les combats pour cela sont passés depuis longtemps. Un adolescent connaît aujourd’hui la PSX, XBox et des marques complètement différentes

    Jusqu’à récemment, Aeon et Hyperion se sont entièrement concentrés sur leur système Next Generation. Aeon crée le matériel et Hyperion fait le logiciel. Hyperion propose également les anciennes ROM et Workbench dans leur boutique en ligne. Mais jusqu’à récemment, ils étaient plus intéressés par la vente de logiciels et de machines de nouvelle génération.

    Cloanto a été exclusivement consacré à l’héritage. Ils n’ont aucune licence qui implique le développement de logiciels et sont à toutes fins utiles un détaillant rétro (ou un entrepreneur de pompes funèbres si vous voulez). Ils vendent de vieux trucs Commodore, et c’est tout. Ainsi, alors qu’ils se sont disputés comme des chats et des chiens sur absolument tout, comme cette balle de boing sans valeur et le nom «workbench», ils ont au moins réussi à coexister d’une manière ou d’une autre.

    C’était, jusqu’à ce qu’Hyperion écoute la communauté Amiga et publie une mise à jour pour la plate-forme 68k. Ce qui est parfaitement dans leur droit de faire. Ils ont une licence qui couvre à la fois 68k et PPC. Acer a établi une clause (d’après ce que je peux dire) qu’ils ne sont pas autorisés à toucher x86, mais en ce qui concerne 68k et PPC – Hyperion a tout à fait le droit de publier une mise à jour. Après tout, ils possèdent le code source d’Amiga OS 3.1 que j’ai mentionné ci-dessus, Cloanto ne l’a pas.

    La réponse de la communauté a été franchement exceptionnelle. Enfin une bonne mise à jour pour Workbench et le noyau! Tout le monde était extatique et toute la scène était remplie d’espoirs positifs que les choses allaient enfin de l’avant. C’était après tout la première vraie mise à jour depuis que Napoléon était au pouvoir!

    Cloanto cependant, pas tellement. Parce que même s’ils partagent la licence de vente avec Aeon, ils n’ont aucun droit sur le nouveau logiciel créé. Ils ne gagnent pas un sou sur le nouveau noyau 68k (fichiers rom) ou le nouveau Workbench. Ils peuvent continuer à vendre les anciennes variantes d’Amiga OS, mais ils n’ont aucun droit légal sur les logiciels écrits et publiés en 2018. Cloanto a répondu comme ils l’ont toujours fait, en intentant une action en justice.

    Donc, la raison pour laquelle Cloanto a poursuivi Hyperion en justice pour la 13e millième fois, n’a rien à voir avec l’open-source (une rumeur qui a été plantée avant Noël). Il est motivé uniquement par la cupidité et la peur que l’Amiga revienne à la vie.

    Et c’est là que nous arrivons aux parties désagréables
    Entreprises de pompes funèbres héritées
    pompes funèbres

    Les logiciels hérités ne sont pas différents de l’entreprise

    Tout d’abord, et je tiens à ce que ce soit clair: tout le modèle commercial de Cloanto repose sur la mort de l’Amiga. Dans une étrange ironie, les gardiens autoproclamés d’Amiga font face à la ruine financière si l’Amiga devenait un jour populaire ou sortait de la tombe. Arrêtez-vous et pensez-y un instant: ils gagnent de l’argent sur l’Amiga qui reste un système mort.

    Le seul produit que Cloanto ait réellement produit est un programme de peinture de pixels appelé PPaint, qui était génial au siècle précédent.

    L’état des choses depuis 18 ans, c’est que Cloanto dépend complètement d’un émulateur, les UAE, abréviation de «L’émulateur Unix Amiga», quand il s’agit de l’Amiga. Ce qui, ironiquement, n’est pas du tout le travail de Cloanto, mais un émulateur créé par Bernd Schmidt, Toni Wilen et Mathias Ortmann; aucun n’a reçu un sou alors que Cloanto a profité de son travail pendant près de deux décennies (!)

    La vente de l’ancien logiciel Commodore ne me pose aucun problème. Mais qu’est-ce qui fait que mes nouilles bifurquent les UAE et les vendent à des fins lucratives sans rendre quelque chose à leurs auteurs originaux? Je n’ai pas encore vu le code source d’Amiga Forever sur Github par exemple? Les lois de la GPL sont assez simples. Je ne dis pas que le code source n’existe pas, je dis simplement que Cloanto a fait tout son possible pour le cacher.

    Bien sûr, cela peut être légal, mais je trouve cela un peu insipide. profiter des UAE pendant toutes ces années, et même pas une somme symbolique pour les gars qui font continuer les UAE? Je veux dire, s’ils avaient activement participé et contribué à la base de code des UAE, je les aurais applaudis pour cela. Malheureusement, Cloanto se présente plus comme un opportuniste flagrant que comme un conservateur. Ils disent une chose, mais leurs actions parlent de tout autre chose.

    Et ne vous méprenez pas, Hyperion et Aeon ont plus qu’assez d’erreurs au dossier. Mais lorsque vous comparez les erreurs d’Hyperion contre Cloanto, en vous rappelant que ces deux-là ont l’obligation de représenter les intérêts financiers d’Acer au mieux de leurs capacités – vous ne pouvez pas vous empêcher de remarquer qu’ils sont des mondes séparés. Hyperion produit un nouveau logiciel, du nouveau matériel Aeon, et ils ont même donné un coup de pouce aux systèmes 68k tant appréciés. C’est leur responsabilité envers Acer qui peut en fin de compte débrancher la prise si elles le souhaitent.

    C’est là que je m’énerve un peu – parce que Cloanto n’a rien à voir avec le développement logiciel ou matériel. Ce n’est franchement pas leur affaire (dans le vrai sens du terme). Ils ont autorisé l’ancien noyau et Workbench; ils ont également autorisé les roms C64 – et c’est là que leur rôle s’arrête. Pourtant, ils passent plus de temps à essayer d’obstruer Hyperion (et par conséquence, Aeon) à chaque étape du chemin.

    Bien que je n’ai aucune idée de qui repose sur les droits du c64 ces jours-ci, le c64-mini s’est vendu en bon nombre dans le monde entier. Puisque Cloanto est la seule entreprise avec des droits c64, je suppose qu’ils ont profité de cela? Comme toujours, c’est difficile à dire, car il y a plus d’une entreprise qui prétend s’asseoir sur des éléments du véritable héritage Commodore.

    Donc, pour résumer: nous avons un côté qui produit du nouveau matériel, du nouveau logiciel et fait des mises à jour, ce qui est leur obligation et leur droit. Et nous avons un autre parti qui n’a rien créé, y compris le cœur de son entreprise, exigeant une coupe de quelque chose dans lequel il ne devrait même pas être impliqué (!)

    La cupidité, la mère de l’invention

    Les motivations de Cloanto devraient être assez évidentes maintenant, mais passons en revue.

    Avec un nouvel Workbench et un noyau à l’état sauvage, Cloanto se retrouve dans une position difficile. Qui voudrait acheter un noyau ou un Workbench plus ancien alors qu’une version 2018 plus récente est disponible? Eh bien, je voudrais que tous soient honnêtes, mais oui, je veux évidemment utiliser les nouvelles versions autant que possible.
    790_2

    L’A1222 devait sortir au premier trimestre 2018. Il reste en attente jusqu’à ce que les poursuites soient terminées. Garder Hyperion et Aeon au tribunal est une question de survie pour Cloanto à ce stade

    Mais cela seul ne suffit pas pour expliquer le comportement paniqué de Cloanto. Ils pourraient accueillir la nouvelle mise à jour et simplement la licencier, comme ils le devraient, car ils n’ont pas le droit à une autre entreprise.

    Au lieu de cela, ils s’épuisent et achètent les restes de cette société que j’ai mentionnée plus tôt, Amiga Inc, qui est une entreprise de paille qui a une terrible réputation de fraude et d’escroqueries d’investisseurs. Une entreprise qui, pour une raison magique, avait le droit au nom «Amiga» (comme ça a n’importe quelle valeur en 2018, bon seigneur que faites-vous) et s’est assise sur le code source de l’OS. C’est le même code source qu’Hyperion a fini par acheter, qui est sans aucun doute le fondement de la mise à jour avant Noël.

    Pourquoi iraient-ils si loin pour obtenir un tigre de papier superficiel comme Amiga Inc? Vous essayez d’inverser le processus? Vous cherchez à détourner les noms Amiga? Ce qui donne? C’est presque comme si Cloanto cherchait quelque chose sur quoi se battre, désespéré de garder Hyperion devant le tribunal le plus longtemps possible.

    Et pourquoi refuseraient-ils de vendre 2 000 roms à moi et à Gunnar pour fabriquer des «mini» machines Amiga prêtes à l’emploi? Si je ne savais pas mieux, ils préparent quelque chose. Le marché est juste mûr pour le rétro, et leur comportement à notre égard laisse entendre qu’ils ne sont pas très heureux de l’existence d’Amibian.

    Cela a encore plus de sens lorsque vous prenez en compte l’A1222 tant attendu. Un tout nouvel Amiga qu’Aeon et Hyperion investissent à 100% dans la mise sur le marché.

    L’Amiga A1222 est un Amiga PPC de nouvelle génération qui devrait coûter environ 450 USD. Ce produit était censé arriver sur le marché au premier trimestre 2018, mais avec le (s) procès (s) et l’épuisement des fonds, il a été impossible de sortir le produit. . À tel point que Cloanto endommage désormais Hyperion (et Aeon) par procuration.

    Aux alentours de Noël 2018, Cloanto a commencé à répandre la rumeur selon laquelle ils se battaient pour «Amiga OS open source». C’est un mensonge flagrant et j’ai été tenté d’écrire un article sur-le-champ, mais j’ai été occupé par mon travail. Je pensais aussi que les utilisateurs d’Amiga ne tomberaient pas dans un mensonge aussi évident, mais certaines personnes applaudissent en fait Cloanto – croyant que Cloanto peut en quelque sorte «aider» la plate-forme Amiga. Pour l’amour de Dieu, Cloanto n’a même pas de licence de développeur – et encore moins le droit d’ouvrir Hyperion et la propriété intellectuelle d’Acer. Je doute qu’Acer soit même conscient de la façon dont Cloanto va dans ses affaires. Acheter les restes d’Amiga Inc pourrait être une tentative d’acheter de la crédibilité, mais c’est 20 ans trop tard.

    Les légalités actuelles ne sont, pour être franc, rien de plus qu’une diversion conçue pour garder l’A1222 hors du marché. La question est: pourquoi et vont-ils essayer de le remplacer par quelque chose?

    Bien que les motifs soient maintenant douloureusement visibles, à tel point qu’il pourrait tout aussi bien être éclairé en néon – je pense que les fans d’Amiga devraient faire très attention à l’endroit où ils placent leur confiance. Je suis désolé mais je ne ferais pas confiance à Cloanto avec un bâton de gomme, encore moins l’héritage informatique d’un géant comme Commodore. Et ils se préparent à quelque chose, directement ou indirectement, marquent mes mots.

    Normalement, je ne prends pas parti, mais j’espère sérieusement que Cloanto se réveillera et se rendra compte qu’ils sont en ce moment, et qu’ils sont depuis un certain temps, le fer de lance qui maintient la plate-forme dans les limbes. Je n’ai rien contre eux personnellement, mais nous avons maintenant dépassé le point de non-retour. Vous risquez maintenant la base de code d’un système dont des milliers de personnes se soucient.

    Je pense que je parle pour quelques-uns quand je dis: Assez! Mettez cette énergie, ce temps et cet argent à faire quelque chose – parce que tout ce sur quoi vous avez commencé à vous disputer est révolu depuis longtemps.

    Il y a toute une génération qui a grandi sans aucune connaissance d’Amiga. Qui n’ont aucune idée de ce qu’était et représentait le Commodore. Alors pendant que vous vous disputez pour savoir qui peut s’asseoir, où, le bateau est parti et vous l’avez manqué.

    Derniers mots

    Vous savez pourquoi je trouve le plus ennuyeux dans la situation créée par Cloanto? Écoutez-moi ici.

    Sun Microsystems a dépensé une fortune pour le support de Java, vendant les gens sur un rêve noble où tout un système d’exploitation serait écrit sous forme de bytecodes. Et cela dans un matériel spécial serait fait de sorte que les bytecodes puissent s’exécuter n’importe où. Parce que lesdits bytecodes seraient même portables entre les plates-formes et résoudraient une fois pour toutes le problème avec les logiciels liés à la plate-forme. Les entreprises ont injecté des milliards dans ce rêve, mais malgré toute leur richesse et leur pouvoir, elles ont échoué.

    Pendant ce temps, Cloanto, et par extension Hyperion, ont accès aux Emirats Arabes Unis depuis les années 90. Un système qui incarne tous les traits que Sun Microsystems a tenté de créer, et tout ce qu’ils ont fait est d’y ajouter un menu. Ils ont perdu près de deux décennies sans se rendre compte que les UAE sont ce Saint Graal que Sun Microsystems n’a pas réussi à offrir.

    Le code machine 68k est un bytecode si vous l’exécutez sur un autre système. Et les distinctions entre «machine virtuelle» et «émulateur» sont en fin de compte conceptuelles – et non factuelles. Les UAE auraient pu être ajustés en tant que machine virtuelle. Là, vous avez les compilateurs, l’écosystème et toutes les pièces dont vous auriez besoin pour fournir un système de déploiement de logiciel portable et rapide, véritablement indépendant de la plate-forme.

    Alors, Cloanto, tu as été assis sur une mine d’or. Et vous ne l’avez pas reconnu parce que vous étiez trop occupé à vous disputer pour des balles, des logos à lèvres de poulet, de vieilles roms et Dieu sait quoi d’autre.
    moteurs

    Vous avez de l’or massif depuis des lustres, mais vous étiez trop occupé à vous disputer des noms pour le voir

    J’espère sincèrement qu’Acer jouera un rôle actif dans leurs licences, car pour autant que je sache, Cloanto n’agit pas dans le meilleur intérêt financier d’Acer (ni d’Hyperion d’ailleurs, qui la dernière fois que j’ai vérifié, peut refuser toutes les modifications apportées à leur système d’exploitation. , laissant Cloanto avec les os secs du passé) – et ils sont devenus, à moins qu’ils n’effectuent un relooking complet avant leur prochain procès, inaptes à gérer la propriété intellectuelle et les licences qu’ils ont acquises.

    Vous n’avez pas de licence de développeur, alors tenez-vous-en à l’ancien et arrêtez de gêner ceux qui le font.

    Et pour l’amour du Christ, donnez un pourcentage aux gars qui font les UAE, c’est insipide et moche de regarder ce niveau de cupidité. Sérieusement. (Auteur: Jon L. Aasenden)

    Info intéressante, l’auteur dit qu’il ne sait pas exactement qui possède les droits des roms C64 et AMIGA. (Acer, Cloanto, un autre ?)

    kamelito

    • Messages : 256
    #353149

    Il y a du vrai, du faux sans doute, à la fin un peu de délire.

    Sethghost

    • Messages : 280
    #353150

    Il y a du vrai, du faux sans doute, à la fin un peu de délire.

    Effectivement, il est plus favorable à un camp qu’à un autre.

13 sujets de 31 à 43 (sur un total de 43)

  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Forums AmigaOS, MorphOS et AROS Général L’Amiga mini ANNONCé

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!