The Guardian : Comment les ordinateurs Amiga ont reprogrammé la musique moderne

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

  • Jul

    • Messages : 1118
    #367133

    https://www.theguardian.com/music/2022/may/02/poor-man-studio-amiga-computers-modern-music-jungle-calvin-harris?utm_source=extension&utm_medium=click&utm_campaign=muzli

    Extraits de la (mauvaise) traduction de Google de cet article sorti le mois dernier dans le Guardian (pas le temps pour une traduction manuelle) :

    « Massif ! » C’est ainsi que la légende de la jungle Gavin King – AKA Aphrodite – a décrit les puissantes capacités de basses de son ordinateur personnel Amiga 1200 dans une interview des années 90. Plusieurs décennies plus tard, il reste dans son atelier. Avec ses boutons gris terne, il semble plus adapté aux déclarations de revenus, mais les machines Amiga jouent un rôle déterminant dans la musique électronique telle que nous la connaissons. (…) Au début des années 90, les artistes qui utilisaient ces Amiga ne le savaient pas encore, mais leur expérimentation allait devenir centrale dans les scènes hardcore, jungle et drum’n’bass en plein essor, et ouvrir la voie à la production de musique électronique domestique accessible de l’avenir. (…) Les choses ont vraiment changé en 1987 lorsque la société a sorti l’Amiga 500. Il n’avait peut-être que 512 kilo-octets de mémoire – c’est 0,0128% de ce qu’un iPhone 13 a – mais l’Amiga était transformationnel en raison à son son stéréo à quatre canaux. « Il est allé beaucoup plus loin dans ce registre de basse que n’importe quel ordinateur de l’époque », déclare Ben Vost, ancien rédacteur en chef du magazine Amiga Format, qui fait l’éloge des programmes de séquenceur de musique simples, tels que OctaMed, qui permettaient aux utilisateurs de composer leurs propres rythmes. Inspiré par le deuxième été de l’amour en Grande-Bretagne , King était un DJ house jusqu’en 1990 environ, lorsque l’ère du hardcore commençait à prendre forme. C’est à cette époque, lors de sa troisième année à l’université, en informatique, qu’il tombe par hasard sur un Amiga jouant un sample en boucle chez un ami. « J’étais comme: qu’est-ce que c’est? J’en ai besoin », se souvient King. « De gré ou de force, j’ai réussi à en obtenir un en empruntant de l’argent à mon père, en économisant, en gagnant. »

    Il a commencé à expérimenter avec la machine et à insérer ses propres créations dans des mixes, avant que lui et trois amis, tous armés d’Amiga 500 et se faisant appeler Cellar-4, ne se réunissent dans un sous-sol et fassent « un disque terrible ». King a jeté 150 exemplaires dans une benne lorsqu’il a déménagé – « triste, vraiment », dit-il, car ils se vendent maintenant 50 £ chacun.

    Mais le prochain morceau de King, réalisé avec Claudio Giussani sous le nom d’Urban Shakedown, n’était pas destiné à la décharge. Son collègue junglist Mickey Finn a entendu une première version jouer dans le magasin de disques City Sounds à Londres, a approché King et ensemble, ils ont produit Some Justice dans le salon de Carl Cox .

    Pendant ce temps, des producteurs tels que Dex et Jonesey ont fait irruption dans le Top 40 avec des morceaux fabriqués par Amiga comme leur remix gonflé de Higher State of Consciousness de Josh Wink, et ont même été critiqués par l’establishment musical pour avoir osé éviter les ordinateurs Apple plus chers la plupart des professionnels utilisé à l’époque.

    Mais le son de basse puissant et les grooves percutants et uniques de l’Amiga étaient difficiles à imiter. Contrairement aux logiciels de musique tels que Cubase ou Logic Pro, qui se lisent de gauche à droite, les équivalents d’Amiga cascadent de haut en bas dans une cascade graphique lo-fi de bits et d’octets. « Parce que seulement huit choses peuvent jouer à la fois à un moment donné, cela vous oblige à travailler plus dur », explique King. « Vous devez entrer dans l’onde sonore réelle. »

    Cette approche hyper-granulaire a permis à King d’être « médico-légal jusqu’au 1 000e de seconde » d’une manière qui prendrait « 10 fois plus de temps » avec Cubase. « J’étais obsédé par le fait que tout correspondait parfaitement et fonctionnait en même temps », dit-il – toujours une tâche fastidieuse étant donné que le logiciel ne montrait que des chiffres qui passaient, plutôt que des blocs étiquetés de batterie et de lignes de basse qui pouvaient être mélangés plus facilement.

    Mais cette courbe d’apprentissage n’a pas rebuté les nombreux anciens élèves d’Amiga, y compris toute une équipe de junglists, comme Dlux, TDK, Zinc, Paradox et Bizzy B, à qui King a passé 18 heures à extraire des sons de leurs disquettes. Les fauteurs de trouble australiens Nasenbluten ont utilisé les machines avec un effet dévastateur ; loin des pauses, Mike Oldfield a utilisé un Amiga, tandis que le compositeur japonais et leader du P-Model Susumu Hirasawa – qui a utilisé un Amiga pour composer la bande originale du film d’animation Paprika de Satoshi Kon – reste un passionné et a créé le son de démarrage d’un Amiga rétro fonctionnant système en 2005. Les amigas ont également été employés par des producteurs de pop contemporains, tels que Calvin Harris, qui a monté le premier album I Created Disco sur un Amiga exécutant OctaMed.

    Dans les années 90, une «scène de démonstration» dynamique s’est regroupée autour de l’Amiga, où les programmeurs amateurs assemblaient des vidéos musicales animées, les installant sur de minuscules disquettes 880k. Les logiciels piratés, quant à eux, comportaient généralement des intros maison, avec la propre musique des pirates, que les utilisateurs devaient parcourir avant de pouvoir accéder à leurs copies piratées.

    Cette scène « cracktro » a eu une « énorme influence sur la musique électronique qui est souvent négligée », explique Danny Wolfers, mieux connu sous le nom de Legowelt, qui a appris à faire de la musique sur son Amiga 500 et utilise encore les machines aujourd’hui. Il dit que 75% de ses premiers disques ont été réalisés avec les ordinateurs, il joue en direct avec eux, et son premier long métrage d’animation à venir peut également être partiellement crédité à l’Amiga, avec lequel il a d’abord appris l’animation.

    Wolfers et ses pairs «chargeaient des disques de jeu ou des démos pour entendre la musique et l’avoir en arrière-plan. C’était, en grande partie, la première musique électronique pure à laquelle les enfants étaient intensément exposés, les rendant plus réceptifs à des trucs comme la techno émergeant de Detroit.

    (…)

    Les Amigas ont probablement lancé des centaines d’autres carrières musicales – y compris celle de Venetian Snares et peut-être même de Kanye West, qui en possédait une à 14 ans – enseignant aux musiciens en herbe la théorie musicale, les notes, les gammes et les octaves grâce à une expérimentation déterminée. Et, même si Commodore a déclaré faillite en 1994, l’héritage de ces dalles achromatiques perdure.

    Trente-cinq ans après les débuts de l’Amiga 500, une nouvelle génération de musiciens rétro-curieux aura la chance d’expérimenter les machines, comme l’ a récemment lancé l’ A500 Mini . Peut-être qu’il pourrait être aussi aimé que l’original – l’Amiga de King n’est peut-être plus utilisé dans son studio, mais il est trop difficile pour lui de dire au revoir. « Je l’ai utilisé jusqu’en 1997, même après la faillite de Commodore », dit-il. « J’ai tout simplement adoré. »

    Prédateur Chess | Amiga 500 + ACA500 | Amiga 1200 + ACA1233

    CrashMidnick

    • Messages : 2358
    #367137

    Merci pour le partage Jul.

    L’article commence (pas traduit ci-dessus) par « il était moche et gris » (en parlant du 500)… Il a confondu avec un ST ?? ^^ Il a trop regardé 50 nuances de grey ?? ^^

    "But who needs a Megadrive when you have got a smart Amiga!" - 1993, Alien Breed 2 -

    __sam__

    • Messages : 3155
    #367148

    Pour une meilleure traduction que GoogleTranslator, il faut passer par https://www.deepl.com/translator

    Samuel.

    Amiga A500 + GVP530 (8Mo/fpu/mmu/scsi) - en panne 🙁
    A500 (+ 1Mo PPS), A1200 (Blizzard-IV/fpu/64Mo)
    A500 Vampire V2+ ^8^ 🙂
    (mais aussi TO8, TO8D, TO9. Groupe PULS.)

    pulp

    • Messages : 1638
    #367157

    clairement l’amiga 500 était la machine la moins chère avec le meilleur son, même le 1200 de base devenait un super sampleur avec juste un disque dur et un digitaliseur : c’est pas par passion de l’amiga que ces dj le choisissaient mais pour des raisons économiques

    en tout cas ça donne envie de ressortir octamed ou protracker… même si je le trouve super difficile au regard de ce qui se fait aujourd’hui… ces gars devaient y passer des heures, on est loin de l’idée de la techno facile, pour ça il fallait avoir des bonnes machines et du temps…

    est ce qu’il y en ici a qui les utilise encore ?

    Sethghost

    • Messages : 358
    #367159

    en tout cas ça donne envie de ressortir octamed ou protracker… même si je le trouve super difficile au regard de ce qui se fait aujourd’hui… ces gars devaient y passer des heures, on est loin de l’idée de la techno facile

    Digital Sound Studio est très bien si tu veux t’essayer à un soundtracker facile.
    Et la version 3 fonctionne sur le 3.2.

    https://archive.org/details/Digital_Sound_Studio_8_1992_Great_Valley_Products/mode/2up

    Monstre brutal & carnivore

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)

  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.

Forums AmigaOS, MorphOS et AROS Général The Guardian : Comment les ordinateurs Amiga ont reprogrammé la musique moderne

Amiga Impact